Historique

IL ETAIT UNE FOIS…

Le festival (Rock) du Gibloux est né en 1986, sous l’impulsion d’un groupe de copains qui cherchait un endroit pour se produire. Le 1er Open Air fut organisé par deux groupes de Vuisternens-en-Ogoz, respectivement « le G.Blues Band » et « Ultim Atom ». Les concerts, joués sur une scène au centre du village, n’épargnèrent ni les 250 personnes enchantées, ni les habitants qui n’en croyaient pas leurs oreilles !

Dès 1987, le Festival prit ses quartiers actuels : la clairière de la Vuisternaz. Mises sur pied avec les moyens du bord, et quelques fois avec beaucoup d’ingéniosité, les premières éditions firent la part belle aux groupes régionaux. Prenant de l’ampleur chaque année, la Société Festival du Gibloux vu le jour et pu garantir une organisation plus professionnelle.

En 1991, le Gibloux accueille toutefois sa première “star” : Constantin. Et avec lui, le premier contrat à signer où il est clairement stipulé qu’une bouteille de whisky doit être mise à disposition de l’artiste…mais son concert a vraiment été fabuleux. Il a joué de minuit à trois heures du matin !

La période 1991 à 1996 fut faste et de nombreuses pointures internationales se succédèrent comme Ange, les Young Gods, An Emotionnel Fish, Prohom, Sinclair, Papa Wemba, Steve Cochran, les Rita Mitsouko…sur la scène du Gibloux, lui donnant, du même coup, une renommée bien au-delà des frontières cantonales.

En 1997, changement de décor ! Après une 11ème édition désastreuse (météo, affluence), une remise en question était nécessaire. Dès lors, un nouveau concept s’est mis en place : accès gratuit, convivialité favorisée, respect du site et sensibilisation écologique. La programmation, budget oblige, s’est réorientée vers des groupes de découverte, moins connus du grand public, cherchant eux aussi des endroits où l’ambiance et la chaleur peuvent les faire dépasser leurs limites !

Des jeunes ont, petit à petit, intégré l’équipe de base, en grande partie là depuis les débuts, et de nouvelles idées et projets ont vu le jour : théâtre, créations artistiques, animations, Land Art.

Enfin, les deux dernières années virent une affluence record, non tellement par l’affiche présentée, bien qu’excellente, mais plutôt par cette ambiance extraordinaire qui se dégage de la manifestation. Tableau noir toutefois : l’augmentation incessante de boissons alcoolisées sur le site, emmenées par les festivaliers, remet en cause l’existence même du Festival.

Bien des années nous séparent de 1986, et beaucoup de choses ont changé, mais le Festival du Gibloux a su conserver cette envie et cet enthousiasme des débuts. La stabilité financière, la renommée et l’excellente image du festival, lui assurent une liberté d’action et peuvent réserver maintes surprises à un public averti …